basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

SI PROCHES…

À 7 minutes d’une première sensation brestoise… En encaissant en fin de rencontre ce but égalisateur, les hommes d’Olivier Dall’Oglio ont concédé le match nul face à l’AS Saint-Étienne (1-1). Un point qui laisse une certaine amertume, la même qu’une semaine auparavant après la réception de Toulouse.

Pour cette première des Ty-Zefs à l’extérieur, c’est à l’AS Saint-Étienne, cador du championnat français et qualifié en Ligue Europa, qu’il allait falloir se frotter. Pas coton… 
L’objectif de départ était un défi de taille : ramener au moins un point du Chaudron. Ajoutez à cela l’histoire pas franchement dans le camp breton : 2 matches nuls et 11 défaites. 
L’accueil réservé aux Brestois n’avait de chaleureux que la température (34 degrés). Pour le reste, il allait falloir se coltiner les 28 000 spectateurs et une chaude ambiance.
 Les 11 joueurs alignés, les mêmes que face à Toulouse, peuvent eux compter sur le soutien sonore de la soixante de supporters rouge et blanc.

 

Dès le début des hostilités, les Brestois tentent d’imposer leur rythme, un jeu sans complexe ayant pour intention de faire monter rapidement le bloc vers l’avant. Mais peu à peu les Stéphanois, galvanisés par un public fidèle à sa réputation (pourtant sans la partie basse du Kop Nord fermée), prennent rapidement le contrôle du ballon et harcèlent avec une grande intensité les lignes brestoises qui peinent à sortir les ballons. Sans être trop dangereux, les locaux ont le contrôle du jeu et usent de leurs deux ailiers virevoltants pour tenter de créer le danger dans le camp du SB29. Dès la 5e minute, Hamouma d’un centre planant oblige Larsonneur a s’employer une première fois. Pour autant, les occasions se font rares et le danger provient uniquement des coups de pieds arrêtés stéphanois. Consécutivement Aholou (5e, 16e) et Debuchy (10e) manquent de peu le cadre… Les alertes se multiplient et la forte ferveur locale semble ajouter une pression supplémentaire qui fige certains Brestois. La pause fraîcheur tombe à pic et permet à Coach Dall’Oglio de calmer ses troupes.

 

Dès lors, les Ty-Zefs montrent un tout nouveau visage et le match semble clairement basculer dans le camp du tout jeune promu. Les joueurs se libèrent et deviennent de plus en plus entreprenants. La doublette Belkebla/Diallo devient maître au milieu de terrain et permet aux Bretons de se projeter très rapidement vers l’avant. À l’image de Grandsir bien lancé par Charbonnier dans son couloir qui pique dans l’axe pour enrouler une frappe qui finira sur le poteau de Ruffier. Charbonnier, à la réception, verra son tir sauvé sur la ligne par Perrin (40e). Immédiatement, Bain d’une tête puissante pousse Ruffier à réaliser une très belle parade. Il verra le ballon s’écrouler sur la barre transversale. Les Brestois, sans complexe, imposent leur jeu. Juste avant la mi-temps, Autret déborde à droite et trouve Faussurier, esseulé dans la surface, qui, d’une frappe croisée, trompe Ruffier. 1-0 pour Brest. Les Finistériens se mettent à l’abri juste avant la pause. 
 

Au retour des vestiaires, les Stéphanois, piqués par les Brestois et par un public qui s’impatiente, reprennent la maîtrise du ballon sans pour autant se montrer dangereux. Le bloc Brestois recule mais tient. Le lob d’Autret dévié du bout des doigts par Ruffier (48e) sera la seule occasion franche de cette seconde période. Du côté des locaux, Denis Bouanga, très en jambes, apporte véritablement le danger sur le côté droit Brestois. Sa frappe enroulée passe proche des montants de Larsonneur (52e). Première alerte. L’entrée de Paul Lasne (69e) sous ses nouvelles couleurs apporte une certaine maturité et sérénité au sein du jeu Brestois. C’est finalement à la 83e minute que le Stade Brestois 29 craquera. Bouanga, encore lui, voit sa frappe contrée par Belkebla lui revenir dans les pieds. Il n’a plus qu’à ajuster le portier Brestois qui voit sa frappe finir en lucarne…

Si près du but, les Brestois n’ont pas à rougir de leur prestation. Courageux et solidaires, ils ont su durant 83 minutes court-circuiter les plans stéphanois, engagés cette saison en coupe d’Europe. Malgré la frustration logique qui découle de ce scénario, les Ty-Zefs ramènent un très bon point du Stade Geoffroy-Guichard. Une prestation très encourageante qui laisse présager d’une belle saison. Le SB 29 aura à cœur de confirmer cela dès samedi face au Stade de Reims à Le Blé.

         (crédit photos : ASSE-)